Le JDR n’est pas sexiste, il est raciste !

Je suis désolé pour les quelques un(e)s qui lisent ce blog en espérant du contenu en rapport avec le JDR ou l’AdC, mais je vais encore devoir aborder (de manière critique bien sûr 😀 ) le sujet du sexisme. Rassurez-vous, après je me calme (j’ai quelques articles JDR en gestation) mais là, il faut imposer un minimum de résistance à ce flot de bêtise qui envahit petit-à-petit notre loisir, car personne ne semble réagir ni émettre de réserves. Pourquoi ça m’importe ? Parce que j’ai envie de pouvoir faire des blagues de cul quand bon me semble, et lire les campagnes de mes jeux favoris en écriture non-inclusive ! :O

« Répugnant »

Je vais quand même essayer de faire court, parce que j’ai déjà parlé de sujets similaires ici (sur les joueuses/meneuses) et plus récemment ici (sur les militants LGBT et l’autocensure de La Cellule). Voilà que ça continue avec un article sur Ptgptb [1], qui part d’un échange de messages entre un auteur de JDR libidineux et une éditrice, et on nous explique que c’est sexiste, que c’est « répugnant », que c’est mal, etc. Non, il n’y a rien de sexiste : c’est juste un type qui essaye de se taper une femme dans le cadre professionnel (peut-être en faisant jouer sa renommée). C’est on ne peut plus humain, et les femmes font exactement la même chose, je peux en témoigner 🙂 Ça s’appelle simplement le désir sexuel, et pour l’assouvir, les hommes comme les femmes utilisent la séduction, la ruse, la manipulation, le pouvoir, l’argent (ou la force, mais là c’est du viol). Quoi qu’il en soit, l’échange cité n’a rien à voir avec du sexisme. Le sexisme est une discrimination :

Le sexisme est une attitude discriminatoire basée sur le sexe ou idéologie se fondant sur l’adhésion à des croyances discriminatoires basées sur le critère du sexe. Il s’appuie en partie sur des stéréotypes de genre, c’est-à-dire des croyances concernant les caractéristiques généralement associées aux femmes et aux hommes.
Wikipedia

Qui prend l’cul ?

Donc le sexisme est une discrimination basée sur le sexe, tout comme le racisme est une discrimination basée sur la race. Cette définition étant posée, je ne vois pas ce qu’il y a de sexiste dans la blague faite par le Joueur du Grenier dans la partie d’Aventures tant décriée :

C’est une blague entre mecs, plutôt grasse, une blague sexuelle, mais pas sexiste. Il n’y a aucune discrimination. On me répondra qu’il y a un sous-entendu de viol. Non. Enfin, oui si on a l’esprit tordu ! Moi, j’ai plutôt pensé qu’il faisait référence à un « plan à trois » avec l’elfe. Qu’y a-t-il de mal à cela si tout le monde est consentant ? Il faut d’ailleurs rappeler que le triolisme est un fantasme assez répandu chez les femmes (et les hommes 🙂 ). Ce qui aurait été sexiste, c’est si les PJ avaient dit à l’elfe de préparer à manger et de laver leurs fringues !

Bref, on nous met du sexisme là où il n’y en a pas forcément.  Bien sûr, le sexisme doit être combattu comme toute discrimination. Mais il faut faire la part des choses entre le sexisme et des comportements qui sont choquants/gênants/embarrassants mais qui ne sont pas discriminatoires (en termes de salaire, d’accès à l’emploi, au pouvoir, etc.).

#BalanceTonRôliste

Alors certains me diront, oui mais notre communauté a vraiment un problème avec ça, il suffit d’aller voir le blog etpourtantellesjouent pour voir le nombre de témoignages, c’est hallucinant ! D’accord, je suis allé voir. Bah non, désolé. La seule chose que prouve ce blog, c’est que le sexisme est un phénomène marginal : Il y a en tout 48 posts, auxquels je soustrais :

  • 9 portraits (pas des témoignages donc)
  • 2 cas de filles qui se sont fait traitées de « grosses »
  • 3 posts de femmes qui n’ont jamais été confrontées au problème

Ce qui fait donc 34 témoignages de sexisme (dont 1 histoire de viol). Et sur les 34, la moité sont, comment dire…, bref allez vous faire votre propre idée ! Si on estime le nombre de rôlistes en France à 100 000 [2][3], ça nous donne environ 13 500 femmes (13.5% [6]). Donc un pourcentage de victimes de 0.25%. On va me dire que toutes les victimes ne se sont pas exprimées, oui c’est sûrement vrai. Faisons alors une comparaison avec le phénomène BalanceTonPorc, soit 500 000 tweets [4] (dont à la louche la moitié sont des témoignages) pour 32 millions de françaises, soit 0.78%. Bien sûr il n’y a aucune rigueur scientifique dans tout ça 🙂 , mais bon : 34 témoignages sur 13 500…

Je ne dis pas que ça n’existe pas, mais sûrement moins que dans la population générale, et je pense que cela est dû au fait que les rôlistes sont d’un niveau social et culturel plus élevé que la moyenne. Après il y en a certain(e)s que les chiffres ne satisfont pas, et qui nous expliquent qu’en fait, c’est bien plus grave que ce qu’on croit car il existe un sexisme passif [5]. Ou comment l’idéologie tue l’intelligence…

Un truc de mec ?

En revanche, il est vrai que le JDR reste un loisir majoritairement masculin, bien que la tendance change avec les jeunes nouveaux, comme l’indique le sondage 2014 sur les rôlistes Le Thiase [6].

Moi ça ne me dérange pas qu’il y ait moins de filles qui fassent du JDR, je n’y vois aucune injustice, aucune discrimination. Chacun ses goûts (innés ou acquis). Mais certaines féministes n’aiment pas cet état de fait parce que cela pourrait indiquer une différence psychologique innée entre hommes et femmes, ce qui est incompatible avec leur logiciel intellectuel. D’où le méchant sexisme qui vient tout expliquer. Pourtant les différences homme-femme existent bel et bien, mais démêler la part de nature et de culture est un problème difficile. Il y a une discussion intéressante à ce sujet sur le forum La Cours d’Obéron : Quand le JDR est écrit par une femme. Extrait (d’une femme) :

Peut-être ne s’agit-il que de sensibilité personnelle, après-tout, et que cela n’a rien à voir avec le genre, mais j’ai l’impression que, sur un thème donné, nous n’explorerons pas les mêmes pistes selon notre sexe. Quand j’écris un scénario, quand je crée un personnage, je pense être dans un processus beaucoup plus interne : je consacre beaucoup d’énergie à ce qui ne se voit pas, comme la psychologie, les sentiments, l’histoire personnelle de certains PNJ, même lorsque ces éléments sont tout à fait secondaires dans l’histoire…

Eh bien moi je suis assez d’accord avec ça, et c’est pour ça que j’aime bien avoir des filles à ma table. Ça apporte (en général) une dimension plus psychologique au jeu. Après entre mecs c’est bien aussi 🙂 .

Et le racisme dans tout ça ?

Alors que je me baladais sur le site (rolisto-féministe) Psychee pour préparer cet article, je suis tombé sur cette image : (j’espère qu’elle m’autorisera à la mettre sur mon site, car c’est une image intéressante)

Le choix des personnages est intéressant car il est contraire à ce qu’on observe dans la réalité : deux blancs (couleur rosée), un latino/maghrébin ? (couleur orangée), et un noir. Et la fille est MJ. Comme c’est joli. Mais cette image a provoqué en moi une sorte de dissonance cognitive, je suis donc allé faire une petite recherche d’images sur Google, qui comme tout le monde le sait, est impartial. Et qu’ai-je trouvé ? Ça :

 

Alors, le JDR : sexiste ou raciste ?

 

 

References

[1] http://ptgptb.fr/la-marche-manquante-metoo
[2] http://w.aerius.fr/?le-jeu-de-role-loisir-en-declin-ou
[3] http://mementoludi.net/index.php/2017/07/28/economie-roliste-1-offre-demande-viabilite/
[4] http://www.liberation.fr/france/2017/11/24/balancetonporc-500-000-tweets-passes-au-crible_1612296
[5] http://www.psychee.org/blog/sexisme-et-jeu-de-role-statistiques-et-donnees/
[6] http://www.le-thiase.fr/sondage-sur-les-rolistes-2014/

2 commentaires à propos de “Le JDR n’est pas sexiste, il est raciste !

  1. Bonjour;
    Dans la traduction de PTGPB, les exemples de harcèlement vont plus loin que l’affaire de la dragouille d’un auteur par un autre. Plus loin, il y a trois « problèmes plus concrets, parmi bien d’autres que des amies m’ont raconté la semaine dernière. », de vrais harcèlement. On ne parle pas de blague lourde, mais de comportements d’orgas de convention et d’éditeurs. Et même si le sexisme est moins élevé dans le JdR qu’ailleurs, l’article encourage à dénoncer les auteurs de parole/actes sexistes, si peu nombreux qu’ils soient, plutôt que regarder ailleurs

    • Salut !

      Oui très bien, mais qu’est-ce qu’une parole/acte sexiste? Dans les exemples 2) et 3) de cet article, on nous parle de « sentiment de malaise » et de « problèmes avec ce type ». C’est un peu vague à mon goût. C’est comme sur le blog etpourtantellesjouent, une bonne moitié des témoignages ne relève pas (selon moi) du sexisme, mais plutôt de blagues sexuelles, de goujaterie, ou d’insultes.

      Quant à l’exemple 1), là oui je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est du sexisme
      pur et dur, mais pour le coup ça n’a rien à voir avec le JDR : c’est le problème de l’usage du corps de la femme pour faire vendre, problème qui touche bien d’autres domaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*