Étoiles Brûlantes


La difficulté de ce scénario pour le MJ consiste à ne pas révéler aux joueurs que

spoiler

ils sont morts ! Enfin, tous sauf l’un d’entre eux…

ce qui gâcherait la fin du scénario. Enfin, le scénario serait toujours jouable, mais le moment de la révélation qui intervient peu avant le final serait gâché, et c’est à mon avis LA scène forte du scénario à bien préparer.

Alors que je préparais ce scénario, il y avait des petits trucs qui me chiffonnaient, et je sentais qu’il faudrait adapter certains passages. Par chance, j’ai pu en discuter avec Fargall, rencontré sur le forum jdrvirtuel, qui m’a autorisé à publier ses bons conseils, issus de nos échanges.

Les modifications de Fargall

Pour moi le PNJ qui va poser le plus de problème pour les interactions avec les joueurs c’est le Major Medwin, de part le fait qu’il sait des choses, qu’il ne dit pas tout et qui en même temps questionne les joueurs. Je suis parti du principe que c’était qqn de plutôt froid et colérique, qui enverra paître les joueurs s’ils posent des questions problématiques du style, « je cherche mon fils Jack Sterling ». Je vais donc essayer de persuader les joueurs de ne plus le rencontrer dès le début du scénario lors de leur entretien avec lui à l’hôpital, qu’ils préfèrent l’éviter plutôt que d’aller le questionner.

Pour les black out, on a la même idée effectivement. En partant du principe qu’il y a une « distance » minimale pour que la black out survienne. Donc ils peuvent être dans 2 pièces différentes proches sans provoquer de black out. Et comme tu dis, le sub conscient de Kessler est ravagé donc l’interprétation des faits peut être différente. Il croit qu’il fait le guet dehors mais ce n’est pas lui en fait. Des personnalités interchangeables en qq sorte puisqu’il vit tous les événements.

Avec les pnj principaux j’ai préparé les dialogues et répliques pour ne pas me faire piéger en glissant un « messieurs » par inadvertance dans un dialogue. « Messieurs » et « Tu » sont à proscrire tout au long du jeu de toute façon. Vouvoiement obligatoire en RP en tout cas. Et éviter les phrases du genre  » il vous regarde ». Bref c’est un casse tête lol.

Pour les combats et embuscades, je vais essayer qu’ils n’aient pas l’occasion de combattre avant la scène finale, où normalement Kessler aura compris qu’il sera tout seul. Le plus problématique dans ce cas, c’est la rencontre avec Sébastien Sénégal, qui pourrait se finir en pugilat. Du coup, je vais prendre l’option, s’ils me le permettent, où c’est Sénégal qui veut rencontrer les joueurs en laissant un mot à l’hôtel. Sinon si je ne peux pas éviter la confrontation, je pense jouer ça de cette façon : faire jouer les 4 joueurs en premier, prendre le meilleur score et appliquer le résultat et considérer que les autres actions qui nécessitent un jet de dés ratent en faisant des « faux jets » en tant que MJ pour qu’ils pensent qu’ils ratent à cause de qqchose, ou bien leur donner des dés Malus en leur expliquant qu’ils ne se sentent pas bien qu’ils sentent qu’ils vont faire un black out s’ils continuent, pour les inciter à fuir le combat. Mais je ne pense pas que les joueurs lorsqu’ils découvriront qu’ils sont morts, se disent le combat qu’on a fait n’était pas crédible.

Pour les clés d’hôtel, comme toi, j’ai trouvé le passage avec le réceptionniste pas convaincant du tout. J’ai cherché pendant longtemps le moyen pour rendre ce dialogue probant, mais rien à faire. Du coup, je zappe en quelque sorte ce passage, en leur donnant les clés de leur chambre dès le départ avec leur passeport à l’hôpital. En partant du principe que la dernière fois qu’ils ont quitté l’hôtel pour se rendre aux Etangs Célestes, ils étaient pressés et ont gardé les clés sur eux. Le réceptionniste sera là pour leur dire qu’ils étaient pressés et que ça ne le dérange pas qu’ils gardent les clés. Kessler avait les 2 clés sur lui.

J’ai supprimé le passage au départ avec la femme chambre qui part en courant à l’hôpital. Too much je trouve, et n’apporte pas grand chose, ainsi que l’article de journal qui en dit trop je trouve, et pourrait mettre les joueurs sur la piste dès le départ. J’ai voulu le réécrire mais finalement je le supprime complètement. Le fait qu’ils sachent par Medwin au départ que des étrangers ont disparu, c’est bien suffisant. Par contre j’ai rajouté le manifeste d’embarquement en adj images, puisque c’est pour moi une pièce importante et une évocation uniquement orale me parait insuffisante.

La partie avec les enfants qui plantent des clous dans les empreintes me posaient problème aussi, avec l’interprétation qui en dit trop aussi je pense. J’ai voulu zappé cette partie là également mais finalement j’ai modifié l’interprétation de cette pratique en remplaçant les « fantômes » qui en disent trop pour moi, par les « âmes », terme qui prête à plusieurs interprétations.

Bref, pas mal de choses modifiées, supprimées ou ajoutées, pour essayer de garder le secret le plus longtemps possible et m’éviter des galères.

Quelques imprévus

T’as dû assister à la parano qui se mettait en place entre Kessler et Sterling. C’est une des choses que je n’avais pas prévue, puisqu’en fait j’ai placé Kessler et O’neil dans la même chambre, et Sterling et sa fille dans l’autre. Du coup le garde du corps de sterling est tombé sur le rapport de Shaw’s Investigation sur Sterling quand ils ont fouillé leur chambre. Pour tout dire ça m’a plutôt plu cet effet de parano non voulu qui s’est installé dès le départ pratiquement, même si j’ai préféré au bout d’un moment recadrer un peu les choses, parce que je sentais que ça risquait de rajouter qqchose de difficile à gérer en plus dans un scénario qui n’en a pas besoin.

Pour la remise des clés, comme je te l’ai dis, je leur ai donné les clés à l’hôpital (où ils avaient commencé à préparer un plan d’évasion avec une corde de draps. Au cas où… lol ) quand ils ont récupérer les affaires. Arrivés à l’hôtel Donna qui était très énervée à cause de Medwin qui les a un peu brusqué (d’ailleurs ils s’en méfient depuis le départ aussi, donc j’ai réussi mon coup puisque je ne voulais pas qu’ils y remettent les pieds), elle s’est ruée sur le réceptionniste pour avoir les clés de chambre, et celui-ci lui a dit qu’ils les avait gardées et que ça ne le dérangeait pas. C’est passé tout seul. Ils ne repassent plus par la case réceptionniste pour les clés de chambre du coup. 🙂

Par contre j’ai merdé sur un point, je leur ai donné l’adresse de Mama Joséphine trop tôt, chez la tireuse de carte, ce qui aurait dû être fait chez Sénégal. J’ai peur qu’ils aillent chez Joséphine avant Sénégal et qu’ils se jettent directement vers les Etangs Célestes sans passer par la case Sénégal.

J’ai remarqué aussi que le temps entre leur réveil à l’hôpital (le jeudi matin) et la cérémonie (le dimanche soir); est finalement long, puisqu’on est vendredi et qu’ils ont presque tout fait. Peut-être faire démarrer le scénario le vendredi est suffisant, ou rallonger les temps de trajet et de rencontres. J’aurais peut-être dû rallonger la durée du Black Out à la fin, les faire se réveiller le soir ou le lendemain matin, mais justifier 24h de Black out, pas facile.

La scène de révélation

Pour cette scène, Fargall a utilisé un petit artifice de mise en scène dont nous avions discuté, qui à mon avis ajoute un petit plus par rapport à la simple découverte des corps suivie d’une prise de conscience et d’un jet de SAN « groupé » . Il s’agit, lorsque les joueurs ont compris ce qui s’est réellement passé, de leur asséner (encore) la vérité sous forme de flash-backs de certaines scènes vécues dans les jours précédents, des petits détails qui ont pu leur paraître insignifiants sur le coup, mais qui prennent maintenant leur signification. Bien sûr, un jet de SAN pour chaque flash-back, ce qui a pour effet de casser la Santé Mentale du PJ en petits morceaux 😈 . À chaque détail revécu ainsi, la carapace mentale construite par Dirk se brise un peu plus !  (voir la révélation finale dans Shutter Island) Exemples de flash-backs utilisés par Fargall :

  • l’air dubitatif du Docteur quand Dirk lui demande, au tout début, s’ils ont été retrouvés tous les 4 au même endroit
  • toujours dans la même scène, Dirk regarde les lits autour de lui : ils sont vides
  • une scène où Donna prend une douche à l’hôtel, elle se regarde dans le miroir, mais c’est Dirk qu’elle aperçoit
  • l’un des autres personnages s’est fait mordre par une tarentule, Dirk aperçoit maintenant la cicatrice sur sa main

Enfin, vous avez compris le principe… à vous de préparer/improviser les vôtres !

Voilà, merci à Fargall pour ses conseils avisés ! Je posterai éventuellement un commentaire quand j’aurai fait joué ce scénar moi-même, mais je pense que Fargall a bien cerné les points qui posaient problème. Si vous avez aussi des conseils/techniques pour ce scénario, n’hésitez pas à les partager !

Mon compte-rendu

Je viens de finir de jouer ce scénar à ma table hier. 2 séances de 4 heures. J’avais des joueurs plutôt débutants, ce qui est bien puisque le scénario est assez linéaire. J’ai donné le rôle de Dirk au joueur le plus expérimenté, en prévision du combat final. Rien à ajouter à ce que Fargall a dit, tout y est. Nous avons zappé Sénégal, mes joueurs ayant obtenu l’adresse de Mama Joséphine autrement.

Une petite remarque : pendant la première session, les PJ se déplaçaient toujours en groupe, et la linéarité du scénario à commencé à se faire sentir à la fin, vu que les PJ vont bêtement d’un indice à l’indice suivant. J’aurais dû improviser quelques scènes d’action à ce moment je pense. Pendant la deuxième session par contre, Donna et Amy ont commencé à avoir des soupçons sur les deux détectives (grâce à mes bons conseils 😈 ), et ont décidé d’aller récupérer les armes et les planquer quelque part à leur insu. Je trouve que ça a ajouté une sympathique petite dose de parano à la partie, et provoqué des situations assez intéressantes (même chose à la table de Fargall, mais pas avec les mêmes PJ). Si on y réfléchit bien, les PJ ont pas mal de raisons de ne pas se faire confiance. Semez le doute !

J’ai aussi beaucoup aimé le débriefing de fin de partie : les joueurs essaient de s’imaginer rétrospectivement comment tout ce qu’ils ont fait a été en fait fait par une seule personne. On a bien rigolé sur le fait que Dirk devait avoir des putains de cernes sous les yeux, vu qu’il avait fait ses tours de garde tout seul pendant trois jours 😆 !


Quelques sons que j’ai utilisé :

 

Amusez-vous bien !

9 commentaires à propos de “Étoiles Brûlantes

  1. Salut,
    Très bon scénario. J’étais Dirk avec Fargall en tant que MJ. Je me sens donc très concerné par ce post 😉
    C’était un super moment !

  2. Très bon scénario en effet.
    J’ai pu écouter la fin de votre partie, apparemment Fargall a bien géré tout ça, puisque vous ne vous doutiez de rien dans la forêt. Je me souviens même d’un passage assez drôle où vous tombez sur le corps de Donna :
    Donna : « On dirait du matériel d’archéologie…
    – Donna, vous n’avez pas des amis archéologues à l’université ?  » 😀

  3. Partie finie ! Excellent scénario, super ambiance ! J’ai complété l’article avec un mini-compte-rendu et quelques sons que j’ai utilisé. À vous de jouer !

    • Oui, parcequ’en fait 1) ça permet de faire un peu mieux passer le fait que mamma Joséphine les aide et 2) ça renforce leur motivation à se rendre aux étangs (s’ils se sont cassé le cul à chercher ce papillon avant de perdre la mémoire, c’est qu’il doit y avoir une bonne raison de se rendre là-bas !)
      Je leur ai seulement donné la boîte d’allumettes à l’hotel, mais comme pour toi ils ne l’ont pas ouverte tout de suite, parce que (je pense) qu’ils croyaient que l’indice était l’adresse indiquée sur la boite.
      Mais en début de 2eme session, alors qu’ils résumaient la session précédente tout en relisant leurs indices, ils l’ont ouverte (on jouait IRL et j’avais tout mis dans une boîte à chaussure que je leur avais remis à l’hotel 🙂 : les documents, les billets, de l’argent, un flingue, et la boîte d’allumettes.) Ensuite, ils ont compris chez mamma Jérôme qu’il s’agissait du « cadeau » qu’elle leur avait demandé.

  4. Je partage 2 petits liens musicaux aussi que je voulais utiliser durant ce scénario, mais pour la Fet Gede, les joueurs ne sont pas allés visités le grand cimetière (je n’ai peut-être pas assez insisté sur cette possibilité, ou bien ils avaient trop peur de rencontrer Baron Samedi.^^
    L’autre c’est la musique que je voulais mettre lors du combat final, mais comme j’étais absorber par la scène, j’ai complètement zappé.

    La Fet Gede : https://www.youtube.com/watch?v=Ag6y6jz7bQQ&t=569s
    Combat final : https://www.youtube.com/watch?v=Tb0SF2WebsQ&t=187s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*