Mendeleev : le JDR

Je vous présente ici le JDR que j’ai créé dans le cadre du concours de création de jeu de rôle Game Shit. C’est un jeu minimaliste (les règles tiennent sur une feuille format A5 recto verso), que j’ai appelé « Mendeleev », en référence au chimiste russe qui a inventé la classification périodique des éléments.

C’est un jeu sans MJ et sans PJ, ou plutôt, avec seulement des MJ, puisque les joueuses incarneront des molécules : les Molécules-Joueuses. Ce jeu s’adresse à des joueuses qui aiment le roleplay, et les parties courtes (5min maximum).

Propos du jeu :

Le jeu émule d’hypothétiques réactions chimiques qui auraient lieu entre les molécules interprétées par les joueurs joueuses : oxydation, réduction, etc. Ceci est bien sûr une métaphore des relations humaines. Tout l’intérêt du jeu réside dans la façon de filer cette métaphore afin de construire collectivement une fiction intéressante, tout en restant dans la couleur imposée.

Création de personnage :

Dans une phase préliminaire, les joueuses s’accordent ensemble sur l’univers dans lequel évolueront les MJ, ainsi que les thématiques qu’ils elles souhaiteraient voir abordées. Puis chaque joueuse se créé une molécule avec court background, de façon à créer une dynamique au sein du groupe en jouant sur les affinités/antagonismes entre molécules.

Contrat social :

Les joueuses s’engagent à ne pas se foutre de la gueule des autres joueuses lorsqu’elles interprètent leurs molécules.

Système :

Les actions se résolvent de manière narrative. Quand 2 molécules interagissent, les joueuses se placeront face à face et tendront leurs bras l’une vers l’autre en faisant des mouvements exprimant les émotions ressenties. En cas de conflit, on jette une « molécule de méthane » (1D4, en référence à la structure tétraédrique de CH4) :

  1. On relance le dé.
  2. La plus petite molécule l’emporte.
  3. La plus grosse molécule l’emporte, mais elle se scinde en deux : le joueur doit en choisir une, et il restera debout jusqu’à la fin de la partie.
  4. Le conflit se règle grâce à la table de Mendeleev (voir au verso)

Fin de la partie :

La partie s’arrête au choix quand :

  • toutes les molécules ont interagi
  • tout le monde est debout
  • tout le monde est satisfait de la fiction créée collectivement
  • tout le monde se fait chier

À vous de jouer !


Playtest :

Nous avons playtesté le jeu à 5 joueurs, soit 120 interactions possibles. Mais nous avons dû arrêter la partie au bout de cinq minutes, car tout le monde se faisait chier. La fiction créée était cependant intéressante, surtout quand S04 est entrée en résonance avec NaCl, la scène était vraiment intense. Malheureusement, un conflit a transformé CO2 en dioxine. Du coup la joueuse (qui était pour le coup un joueur), qui s’était émotionnellement (trop) investi dans sa molécule, a complètement décroché.

Il faudra donc adapter cette règle à l’avenir. Mais sinon le jeu est prometteur : le nombre quasiment infini de molécules, et le fait qu’il n’y a pas de scénario écrit à l’avance, fait qu’aucune partie ne se ressemble. Je suis déjà en train de réfléchir à la possibilité de jouer des atomes, voire des particules élémentaires. Une campagne pourrait même bientôt voir le jour, mais je n’en dis pas plus !

Si vous aussi vous voulez tester le jeu et nous faire part de votre expérience, ou bien si vous souhaitez proposer des améliorations, n’hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*